PACBASE aux États-Unis, le témoignage d’un acteur majeur, Gianfranco Moi

GianFranco Moi avec Fernand Bonaguidi à Philadelphie (1994)
GianFranco Moi avec Fernand Bonaguidi à Philadelphie (1994)

Pour compléter l’histoire de PACBASE, il était essentiel de publier le témoignage d’un des acteurs majeurs de l’AGL aux États-Unis, Gianfranco Moi.
Au service des clients durant toute sa carrière, Gianfranco lève le voile sur l’aventure américaine  de PACBASE.
Merci à lui pour ce témoignage indispensable pour comprendre comment l’outil a été perçu et utilisé de l’autre coté de l’ Atlantique, mais aussi en Europe, en Suisse et en Italie..
Témoignage de Gianfranco Moi (Mai 2012).
Nous sommes en mars 1982, je viens de finir mes études à l’École Polytechnique de Lausanne en Suisse.

A la recherche d’un premier emploi en informatique, je réponds à une annonce de CGI qui vient d’ouvrir sa filiale à Genève et cherche des jeunes ingénieurs pour travailler comme analyste programmeur sur le marché local avec les premiers clients PACBASE.

Après une interview avec Vito Lorenzetti, fondateur de la succursale Suisse de CGI, je suis embauché et part immédiatement à Paris pour un stage de formation de 2 mois.
Je n’avais pas conscience alors que cette décision allait conditionner une grande partie de ma carrière professionnelle et de ma vie.

Après ma formation, j’ai travaillé pendant 7 ans avec PACBASE et participé au développement de la filiale Suisse qui s’est rapidement imposée sur le marché Romand mais n’a jamais pu franchir la barrière linguistique de la Suisse Alémanique.

La filiale suisse s’est alors tournée pour son expansion vers le Tessin puis naturellement vers l’Italie, il y a avait plusieurs Italiens, des immigrants de deuxième génération, dans l’équipe CGI Suisse.
La filiale italienne de CGI existait alors déjà depuis plusieurs années mais ne commercialisait pas PACBASE.

J’ai alors commencé à travailler plus directement avec la CGI à Paris où j’ai fait la connaissance de Fernand Bonaguidi et de toute l’équipe de développement PACBASE du Château des Rentiers, pour fournir le support technico-commercial au lancement de cette activité en Italie.

Je venais régulièrement me former à Paris sur les dernières nouveautés du produit avant leur sortie officielle.
Je récupérais des versions Beta, parfois même Alpha, du produit pour faire des démonstrations en Italien avec des écrans en Anglais et les manuels de référence en français …  un vrai «  challenge  », mais passionnant!

A cette époque j’ai beaucoup voyagé pour faire des présentations et du support avant et après vente pour PACBASE dans toute l’Italie où le produit commençait à remporter un certain succès.

Pendant les années 80 la CGI a continué son expansion internationale en créant des filiales ou en rachetant des sociétés en Europe et en Amérique du Nord.

En 1989, PACBASE avait déjà été vendu à plus d’une cinquantaine de clients renommés en Amérique du Nord et la prospection au Mexique venait de commencer.

Aux États-Unis, après un succès initial foudroyant, les ventes de PACBASE ont brutalement chuté car le produit  avait, tout aussi rapidement, acquis la réputation d’être difficile à utiliser.
En fait, les clients américains et canadiens ne trouvaient pas de support pour leurs projets PACBASE car ni CGI Systems, qui commercialisait et assurait la hotline, ni aucune SSII ne fournissaient des prestations de service autour du produit.

Les clients, livrés à eux-mêmes après la formation initiale, rencontraient des difficultés et, ne trouvant pas de support, se décourageaient.

Ils n’étaient pas disposés dans ces conditions à fournir de bonnes références qui sont essentielles pour acquérir de nouveaux prospects.

Il y avait là un «  bug  » dans le business model mais aussi une opportunité à saisir sur le marché Nord Américain.

Constatant le problème, la direction de CGI à Paris décida en 1989 de remédier à la situation en rachetant Matrix Inc., une société de services basée à Philadelphie, qui était en quête d’un acquéreur.
D’autres acquisitions similaires ont rapidement suivi mais les tentatives pour «  booster  » l’ingénierie PACBASE aux États-Unis restèrent infructueuses  ; la «  greffe  » PACBASE ne prenait pas bien sur les SSII américaines.

Devant ce constat d’échec, la direction à Paris, qui tenait à établir et à maintenir une forte présence aux États-Unis en raison du marché mais aussi pour des questions de prestige, proposa à certains employés européens de tenter l’aventure américaine pour renforcer les équipes locales, diffuser la culture d’entreprise et le savoir-faire autour de PACBASE.
En Juillet 1989, je mets donc le cap sur Philadelphie, en Pennsylvanie avec armes,  bagages et ma petite famille pour rejoindre Matrix.

Je ne savais pas alors que je nous passerions 16 ans outre Atlantique.
Après une très courte période d’adaptation je me rends vite compte du problème: les employés de Matrix, comme ses clients d’ailleurs, utilisaient PACBASE pour générer du COBOL.
Le résultat n’était pas mieux que rien mais pire que tout!
Les programmes étaient illisibles et la productivité abyssale.

En caricaturant, mais à peine, pour un programmeur, l’écriture d’un programme PACBASE consistait en un exercice tortueux destiné à contrecarrer la logique générée par le produit pour y faire prévaloir la sienne.

Les analystes programmeurs de Matrix n’avaient pas adhéré à l’idée d’une industrialisation de l’informatique de gestion.

Ils avaient non seulement un certain retard dans ce domaine mais étaient culturellement opposés à une approche structurée du génie logiciel conduisant selon eux au syndrome «  Analysis Paralysis  ».
Ils ne s’attardaient pas dans les phases d’analyse mais se plongeaient rapidement dans la programmation.

Les problèmes de design dans les applications n’étaient pas résolus en agissant sur les éléments du référentiel PACBASE mais solutionnés au cas par cas dans les programmes eux-mêmes.

Beaucoup d’analystes programmeurs avaient d’ailleurs un statut d’indépendant et Matrix ne leur avait donné qu’un vernis minimal pour travailler avec PACBASE.

En général, ils ne maîtrisaient pas bien les concepts.

A ma stupeur, je découvris qu’aux États-Unis PACBASE était en avance sur son temps!
Christian Neau qui encadrait l’équipe des moniteurs de GCI Systems Inc. m’avait envoyé du renfort en la personne d’Emmanuel Hausseguy, un transfuge Français bilingue et expérimenté basé à Pearl River, New York qui s’attela avec moi à l’écriture en anglais d’exemples et des standards pour faciliter l’usage de PACBASE pour les nuls.

Ce complément de documentation sera ensuite connu dans la communauté PACBASE aux États-Unis comme «  Z book  » (clin d’œil à la prononciation à la française de «  The book  »).
«  Z book  » contenait les «  best practices  » PACBASE ainsi qu’une collection de macrostructures et de normes, prêtes à l’emploi, pour bien structurer le «  repository  » PACBASE et son contenu.

Le temps et une démarche systématique auprès des clients nous permit de pérenniser l’utilisation du produit auprès des clients avec qui de très gros projets d’ingénierie PACBASE furent réalisés dans les années 90.

Dans le secteur financier et bancaire pendant la période de consolidation de cette industrie aux Etats-Unis,  PACBASE fut utilisé intensivement par des clients prestigieux comme American Express Financial Advisors, BanK One, Norwest et d’autres.

Dans le secteur public, notamment au niveau fédéral au Department of Defense incluant la Navy et l’Air Force, PACBASE fut utilisé pour écrire une très grande partie leurs applications logistiques de back office.

PACBASE fut aussi été utilisé par AAMVANet pour l’application de recensement et d’harmonisation au niveau fédéral des immatriculations de tous les véhicules à moteur des États-Unis.

Toujours dans le domaine public mais cette fois au niveau des états, PACBASE fut utilisé par le Department of Transportation de l’Ohio pour la réécriture de l’ensemble de ses applications, le département du personnel du Commonwealth of Pennsylvania pour la paie de tous ses fonctionnaires, le State Compensation Fund of Arizona pour l’ensemble de ses applications pour la gestion du fond de prévoyance des employeurs.

Dans les gouvernements locaux des grands contés et des grandes villes comme Phœnix, Chicago, New York, Shelby County, Galveston County et bien d’autres villes et contés, PACBASE fut mis en œuvre pour des développements spécifiques du «  core business» et de «  mission critical systems  ».

Le produit fut aussi vendu à des groupes industriels, a des sociétés de service dont principalement EDS, des assurances, des HMO comme Health Alliance Plan à Detroit qui était l’assurance Maladie de l’Hôpital Ford, etc …

Pendant ce temps j’étais aussi impliqué avec l’équipe de Philadelphie dans la promotion du produit et le support à la vente au Canada avec des clients comme Canada Héritage au Ministère de la Culture, la Police Montée Royale au Canada en collaboration avec Jean-Claude Moïse, le commercial PACBASE canadien, et Banamex, Telmex, et d’autres clients mexicains en collaboration avec Bruno Van Helmerick, le commercial PACBASE mexicain, d’origine française qui parle espagnol comme son nom ne l’indique pas.

A l’an 2000, la  mise à niveau des applications PACBASE pour corriger le «  millenium bug  » se fait en un temps record, 10 fois plus vite que pour les applications traditionnelles COBOL!

Ce qui fait dire à Mike Pachis, alors président du NAPUG (North American PACBASE User Group):
«  PACBASE’s repository was the right idea  !!!».

Je travaillais à cette époque en collaboration avec le centre de compétences Y2K d’IBM à Chicago pour traiter les applications COBOL avec PacReverse pour les des clients qui n’avaient pas encore réécrit toutes leurs applications en PACBASE.

C’était aussi ma première expérience d’outsourcing en Inde avec PACBASE.
Pendant ce temps d’autres produits tels que IEF et IEW s’implantent fortement sur le marché sous le label CASE (Computer Assisted Sofware Engineering) et concurrencent PACBASE.

Avec une approche marketing plus agressive, une interface utilisateur graphique et moins contraignants sur le plan méthodologique, ces produits s’imposent sur le marché au dépend de PACBASE dont l’interface utilisateur commence vraiment à dater.

Le produit ne se vend  quasiment plus aux États-Unis et de moins en mois aussi en Europe.  Ayant de fréquents contacts avec le lab IBM Paris, je réalise que DIVA, qui sera rebaptisé plus tard PAC/CS, ne sera peut-être jamais commercialisé et que nous risquions à moyen terme de perdre nos clients Américains qui insistaient de plus en plus fort pour pouvoir exploiter le contenu du «  repository  » PACBASE pour générer des applications de type Client / Serveur et des applications pour le Web.

Des produits comme Visual Basic, Powerbuilder, puis plus tard VisualAge, mais aussi des suites IDE complètes comme Websphere AD et Eclipse (sa version Opens Source) autour de Java et Visual Studio autour de C# ainsi que d’autres langages font progressivement leur apparition sur le marché et sont rapidement adoptés par les clients.

Nous décidons, avec des moyens très réduits,  de faire une preuve de concept (POC) à Philadelphie pour répondre à la demande des clients PACBASE.

L’idée était simple, faire des développements GUI avec ces nouveaux produits en utilisant le repository et les générateurs de PACBASE pour générer des proxys client et serveur des programmes PACBASE et les faire communiquer par des appels à des middleware du marché comme CPI-C, ECI, Tuxedo, etc. le tout réalisé avec des macrostructures paramétrables.

Finalement réinjecter le code exogène du GUI dans le «  repository  » sous forme de blob pour bénéficier du versioning (Pac Open) … le POC fonctionnait comme prévu fut démontré à la conférence NAPUG en 1992 à Memphis, Tennessee, puis pour Pac Open à La Nouvelle Orléans en 1994..

Le ToolKit permettait de générer des applications modernes avec GUI ou même moderniser les programmes TP de PACBASE avec du GUI ou une interface Web (Pac Web) en utilisant des outils populaires sur le marché. Nous demandons alors au lab IBM de Paris d’industrialiser cette solution appelée provisoirement «  ToolKits  et PacWeb».

Mon ami Fernand Bonaguidi vient me rendre visite à Philadelphie et nous travaillons ensemble pour transférer le savoir faire de Philadelphie à Paris.
Un des développeurs des «  ToolKits  », Jamie Allen est envoyé à St-Nazaire pour effectuer un stage de quelques mois et faciliter leur industrialisation dans PACBASE, et en même temps se former à Pac/CS.

Malheureusement, bien que reconnue comme originale et pragmatique cette initiative contrecarrait les plans de développement en cours du Lab et ne sera pas soutenue par IBM.
Bien plus tard, un concept similaire sera repris par le Lab avec la génération par PACBASE d’un proxy pour VisualAge Generator … malheureusement cela était «  too little too late  !  »

En 1999 je crée ma propre société, e-ASG www.e-asg.com , spécialisée dans la fourniture de prestations et d’édition de progiciels avec PACBASE.

e-ASG, qui a un statut de partenaire IBM, propose des prestations de services, de la formation à PACBASE ainsi qu’une suite complète ERP pour le secteur public livrée dans le repository de PACBASE avec possibilité de génération automatique des écrans sur le Web et une génération des «  reports  » en XML.

Le produit Envision Series avait originalement été développé en LINC, un 4GL de Unisys, par SCI, un éditeur de logiciel basé de St-Louis dans le Missouri.

Nous avions converti Envision Series automatiquement dans PACBASE avec un convertisseur de code très abouti, lui-même écrit en PACBASE, qui prenait en entrée du code LINC et le convertissait automatiquement en entités PACBASE dans le repository.

Ce convertisseur de code avait été développé par mon groupe à Philadelphie dans les années 90 pour les besoins de Lutheran Church Board of Pensions basé à Minneapolis qui voulait migrer ses applications Unisys LINC sur un IBM AS/400.

L’offre de conversion LINC a PACBASE, baptisée «  Lateral Engineering  », fut aussi utilisé par Fisher Price, dans le cadre du rachat par Mattel, pour convertir leurs applications Unisys LINC sur une plateforme IBM mainframe.

D’autres clients Uniys LINC désirant migrer sur d’autres plateformes nous ont approché et nous avons fini par créer un centre de re-engineering LINC à PACBASE à Bangalore, en Inde pour répondre à la demande.
En 2000 IBM discerne à e-ASG l’excellence solution award «  born on the web  » pour Envision Series qui à été mis en œuvre dans plus de 160 gouvernements locaux et districts scolaires aux États-Unis (voir document annexe  : IBM Solution Excellence Award earned by e-ASG for the Envision Series).

Les conférences PACBASE organisées par CGI Systems en collaboration avec le NAPUG réunissaient une fois tous les deux ans, en alternance avec les conférences Européennes, tous les clients en Amérique du Nord, le management de CGI Systems et les équipes de développement PACBASE du Lab à Paris.

Très fréquentées dans les années 80, ces conférences perdaient rapidement de leur intérêt pour les clients dès lors que les annonces de l’arrivée de PAC/CS puis de VisualAge PACBASE se répétaient sans que les produits ne soient jamais livrés.

Les clients d’abord patients, puis impatients avaient finalement perdu patience.
J’ai repris progressivement la responsabilité de la coordination des conférences PACBASE aux USA en collaboration avec le NAPUG, le GUEPARD et le Lab IBM Paris en mettant d’avantage l’accent sur les aspects d’utilisation, les offres de services et les témoignages des clients basés sur leurs propres expériences avec le produit.
Le rapprochement avec VisuaAge Generator à un moment donné a permis d’organiser la conférence PACBASE dans le cadre de la conférence GUIDE d’IBM.

L’idée était de donner une plus grande visibilité à PACBASE en dehors de la communauté restreinte des clients existants.
Cependant, comme le message d’IBM sur le futur de PACBASE était loin d’être clair, l’effet escompté ne fut pas atteint.

A l’occasion de la conférence PACBASE 2002 organisée a St-Augustin, Floride en collaboration avec Mike Pachis, président du NAPUG et Claude Clarisse, président du GUEPARD, nous décidons de faire un recensement mondial des clients et des applications PACBASE ainsi qu’un sondage sur leur attentes afin de communiquer à IBM les priorités des clients et essayer de réorienter les développements PACBASE dans ce sens (voir documents annexes PACBASE Statistics et Lettre conjointe GUEPARD – NAPUG).

Les orientations données par les clients encore nombreux (environ 400 dont 10% en Amérique du Nord) et actifs (globalement 40’000 utilisateurs) étaient claires.
Ils avaient un investissement colossal dans le repository PACBASE avec des millions d’entités PACBASE qui étaient réutilisés en moyenne plus de 3 fois chacune!
Ils souhaitent utiliser PACBASE comme un référentiel unique basé sur un protocole d’échange ouvert utilisant XML, intégré à Eclipse pour tous leurs développements et améliorer l’interface utilisateur du produit pour augmenter la productivité des programmeurs.

Une lettre conjointe du GUEPARD et du NAPUG à IBM précisant ces points, statistiques à l’appui, aboutit à organiser une rencontre de tous les acteurs impliqués qui se tiendra finalement deux ans plus tard à Paris le 29 mars 2005 à la FNCA au cours de l’assemblée Générale du GUEPARD (voir document annexe Assemblée Générale du GUEPARD du 29 mars 2005).

A cette réunion, IBM confirme sa stratégie de convergence VisualAge PACBASE avec Websphere AD, ignore les demandes des clients et annonce la fin des développements PACBASE avec la release 3.5 du produit qui sera maintenue sur le long terme mais sans évolutions majeures  !

Pour moi l’aventure PACBASE s’est arrêtée en 2005 (où presque) quand, pour des raisons familiales nous décidons de rentrer en Suisse où l’on me propose la position de CIO à la Ville à Lausanne.
Poursuivant ma carrière en Suisse, en mars 2012 je suis entré en fonction comme CIO à l’Etat de Genève, succédant à Jean-Marie Leclerc, lui aussi un adepte de la première heure de PACBASE puisqu’il était le premier client Suisse et, pendant de nombreuses années, le président du GUEPARD.

Quelle ne fut pas ma surprise de retrouver à l’État de Genève en 2012 des applications encore en production écrites par CGI en PACBASE il y a environ 30 ans pour une plate-forme Bull  !

«  Interrogez le passé, il répondra présent  !».

PACBASE à été, pour moi, un produit extraordinaire sur lequel j’ai bâti une grande partie de ma carrière professionnelle et qui m’a permis de vivre une belle aventure internationale. Cet aussi grâce à ce produit que j’ai pu côtoyer des individus, eux aussi extraordinaires, comme Robert Mallet, Bernard Chapeau, Didier Roque, Pascal Garrigue, John Swainson, Ian Simpson, Lee Nackman, Pierre Granier, Phlippe Bauquel et bien d’autres que je n’ai pas oubliés mais dont la liste serait bien longue pour la publier ici, sans oublier non plus mon ami Fernand Bonaguidi dont je salue l’initiative d’avoir pensé à écrire ce livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.